jeudi 28 septembre 2017

Lumière 2017 - "La Continental, le mystère Greven" ou le cinéma français sous l'occupation

Bonjour à tous

Découvrir ce documentaire, c'est comme découvrir un pan entier d'une histoire cachée depuis longtemps et que Bertrand Tavernier avait commencé à révéler dans Laissez passer en 2002. C'est donc tout légitimement que le réalisateur français intervient autant comme réalisateur cinéphile que comme historien du cinéma dans ce passionnant documentaire. Car Claudia Collao, la réalisatrice, a trouvé ce qui se fait de mieux comme historiens du cinéma français. Jean Ollé-Laprune et Pascal Mérigeau apportent leurs connaissances mais aussi leurs doutes sur cette période étonnante du cinéma français
produit par une société de production créée de toute pièce par un Allemand, Alfred Greven, dès la prise de contrôle du territoire français par l'Allemagne nazie.
Richement dotée en archives, Claudia Collao mène une enquête passionnante sur les motivations d'un homme qui est à la fois le protégé de Göring, un des hommes forts du régime nazi mais qui va permettre la production de films parfois contraires à la ligne esthétique de l'occupant, pour ne pas dire contraire à la ligne idéologique de Vichy, comme par exemple Le corbeau d'Henri-Georges Clouzot (réalisateur célébré d'ailleurs pendant le festival Lumière 2017).
Pour mener cette enquête, la réalisatrice a aussi interrogé Pascal Ory, spécialiste d'Histoire contemporaine, et particulièrement des questions sociales et culturelles, ainsi que du psychiatre Philippe Batel et de quelques témoins pour essayer de comprendre l'ambition de Greven dans sa direction de la Continental, ambition qui jusqu'à la fin de l'occupation de la France, envisageait de développer toujours les moyens de production de films.

Mais La continental, le mystère Greven n'est pas seulement une histoire pour cinéphiles. Derrière ce récit stupéfiant, Claudia Collao raconte une histoire de la France pendant l'occupation. C'est toutes les petites compromissions qui sont révélées, la collaboration de fait de certains artistes avec la Continental, mais aussi parfois le refus de travailler pour Greven et les menaces qui planaient pour ceux qui s'aventuraient à le faire. Le monde du cinéma apparaît alors comme un microcosme ayant les mêmes comportements que le reste des Français, mais, du fait de sa nature même, accentuait les comportements de chaque membre de cette société fermée. C'est encore, et c'est Bertrand Tavernier qui le rapporte, cette prééminence de l'occupant nazi sur Vichy qui saute aux yeux, les films produits par la Continental n'étant par exemple pas soumis au comité de censure de l'État français!

Claudia Collao, en réalisant ce film sur une société de production de cinéma montre combien faire de l'Histoire du cinéma est, de par l'impact que les films et les artistes ont sur les populations, une manière à peine détournée de faire une Histoire de la période étudiée. Et si d'aventure les archives de la Continental, aujourd'hui disparues, étaient retrouvées, même partiellement, c'est une histoire plus complète qui pourra être racontée. Sur la Continental comme sur la France pendant l'occupation. Avec toujours Greven comme personnage central et énigmatique!

La Continental: le mystère Greven de Claudia Collao
Mercredi 18 octobre 2017 - 11h30 - Institut Lumière Salle 2
EN PRÉSENCE DE CLAUDIA COLLAO
Réservations

À très bientôt
Lionel Lacour

Aucun commentaire:

Publier un commentaire