mercredi 29 juin 2016

Les supporters Irlandais pour réapprendre la propagande!

Bonjour à tous

L'Euro de football est entré dans la phase à élimination directe et l'équipe de France a affronté l'équipe d'Irlande. Après une qualification obtenue dans la souffrance dimanche 26 juin 2016, les supporters irlandais ont encore une fois fait le spectacle et l'admiration de tous, malgré la défaite de leur équipe. Il faut alors revenir sur les images qui ont été relayées sur tous les médias français et internationaux, sur les télévisions ou par les réseaux sociaux. Et la conclusion qui est tirée de ces images est simple: "Les Irlandais sont des gens extraordinaires"!



Il faut tout d'abord reprendre les événements qui se passent depuis avant le 10 juin 2016, premier jour de l'Euro. Et ce n'était pas glorieux. Il y avait les images des casseurs des manifestations, ceux qui attaquaient un policier à coups de barres après avoir incendié la voiture des gardiens de la paix. Mais il y a eu aussi ces vidéos d'émeutes urbaines entre supporters russes et anglais à Marseille, ou d'autres fanatiques à Nice ou ailleurs.



Bref, les images qui couvraient tous les médias laissaient penser que cet Euro allait se passer de la pire des manières, mettant en défaut la France et son gouvernement, incapable de gérer la sécurité en plein état d'urgence, celui établi après les attentats perpétrés par les sbires de Daesh en novembre 2013. Et aux aussi avaient amené à la production de vidéos déversées sans contrôle sur les réseaux sociaux, répandant la terreur et l'effroi auprès des Français mais également de tous les Occidentaux.


Et puis arrive ce miracle absolu. Des supporters irlandais sont filmés en train de faire la fête, manifestement loin de la sobriété exigée par les autorités publiques, mais montrant un plaisir pour l'amusement bon enfant qui fait évidemment plaisir à voir. À partir de ce moment là, les médias se mettent à chercher d'autres images positives de ces Irlandais, devenus les meilleurs supporters du monde, habillés et/ou maquillés en vert, chantant des chansons dans tous les registres, hurlant, beuglant toute gorge déployée mais sans violence physique contre quiconque, entraînant même les plus réticents dans leurs farandoles ou chorégraphies les plus rudimentaires, y compris des CRS médusés.

Cette déferlante verte a un intérêt évident pour les forces publiques et le gouvernement. Elle vient étouffer les images négatives jusqu'alors proposées sur les réseaux sociaux. Mais cela va plus loin encore. L'image positive de ces Irlandais, à l'heure d'internet et des réseaux sociaux leur revient forcément aux oreilles et aux yeux. Et voici que ces supporters redoublent d'imagination pour être sympas. Ils boivent et répandent leurs canettes de bière partout? Les voici filmés en train de ramasser leurs déchets pour rendre leur lieu de beuverie le plus propre possible. Ils vocifèrent dans un métro lyonnais, et hop, un smartphone vient témoigner de leur capacité à s'adapter en chantant soudain une berceuse quand ils voient qu'un nourrisson est dans le métro. Ils stationnent indûment dans une rue et la police leur demande de partir, et c'est une chanson entonnée à la gloire de ces policiers: stend up for the French police! reprennent-ils en cœur pendant plusieurs minutes.

Les vidéos positives créent donc une sorte de course auprès de ces supporters pour prouver qu'ils peuvent être chaque fois plus sympa que ce qu'on peut imaginer. Et l'effet est immédiat. Le vert des maillots se transforme en gage de rencontre agréable, amicale et festive. Ils sont patriotes mais admettent que leur équipe est nulle! Ils ne représentent donc pas un danger, même pour les supporters des équipes adverses qui peuvent alors faire la fête avec eux. Et certains deviennent même des convertis, cherchant à montrer que eux aussi peuvent être aussi sympas que cette Green army! Un cercle vertueux est donc enclenché entraînant tous ceux venus encourager leur équipe dans un élan positif et pas vindicatif.

Ce cercle vertueux d'images positives devrait former un modèle pour combattre celles négatives produites par Daesh. Parce que les Irlandais représentent le meilleur de ce qu'un événement produit, ils ont contribué à effacer les images de ces ultras nationalistes russes venus non pour le football mais pour en découdre avec les supporters des autres équipes voire avec la police. Si ces vidéos ne sont pas oubliées, elles ne sont plus vues comme étant des images liées au football. Être supporter, c'est vivre le soutien d'une équipe comme le font les Irlandais.

Ceci peut sembler éloigné, mais la réponse à cette propagande islamiste par les pays occidentaux victime des attentats doit relever de la même logique: montrer ce qui représente le plus positif de notre civilisation, des libertés qui sont possibles, des plaisirs qui sont partagés entre les hommes et les femmes pour effacer des représentations à la fois violentes mais aussi attractives car sidérantes. Le cercle vertueux qu'ont créé les Irlandais peut être reproduit pour d'autres domaines, à une autre échelle. Bien sûr, il ne s'agit pas de dire qu'il n'y aura plus de criminalité ou de problèmes dans nos quartiers et nos pays. Mais comme le hooliganisme est une marge du football, les violences, exactions et autres déviances possibles de nos sociétés ne constituent pas le cœur de notre modèle. C'est aux pouvoirs publiques et aux médias d'investir les réseaux sociaux en proposant des images positives. C'est à dire réinventer la propagande qui a été laissée aux seuls terroristes sur le canal que leurs potentielles recrues utilisent: internet et les réseaux sociaux.

Les Irlandais ont réussi à convertir des gens hostiles au football, non en les transformant en supporters, mais en élargissant leur seuil de tolérance par les images positives qu'ils véhiculent et qu'ils se plaisent à voir véhiculer. À nous de rendre les images de Daesh, aussi sidérantes soient-elles, comme pouvaient l'être celles des Russes à Marseille, comme des images de la marge face à ce que nos sociétés ont de meilleur. Montrons notre tolérance sans faille, acceptant les différentes cultures à partir du moment où ces cultures n'empêchent justement pas la tolérance. Au lieu de se complaire à montrer celles des fanfaronnades criminelles des jihadistes, si les médias, à la télévision, radio, presse écrite ou internet, relayaient des images positives de notre société comme ils ont relayé celles des Irlandais, nul doute que l'effet, à court, moyen et long terme, serait positif.

Les Irlandais nous auront rappelé une chose: la propagande est l'art de la répétition d'un message simple par tous les canaux possibles avec pour conséquence une adhésion progressive et massive à ce message par les personnes ciblées.

À très bientôt
Lionel Lacour



Aucun commentaire:

Publier un commentaire