mercredi 12 septembre 2012

Bus stop: comédie romantique ou film témoin du machisme américain?

Bonjour à tous,

en 1956, Joshua Logan réalisait son 4ème film avec Marilyn Monroe en tête d'affiche, sans aucun grand acteur ou autre actrice majeure pour lui donner la réplique: Bus stop. Tourné en cinémascope et couleur, Marilyn imposait pour la première fois un rôle qui à la fois ressemblait à celui qu'elle avait déjà joué, une jeune femme pas très futée rêvant d'une vie meilleure avec une certaine assurance néanmoins, et en même temps un personnage qui la présente davantage comme une victime, un être fragile dont le rêve semble bien inaccessible. Et les premières séquences qui la présentent ne font qu'installer d'emblée ce personnages pour les spectateurs dans ces caractéristiques: une jeune femme certes jolie dont tout le monde se fiche ou presque et qui semble perdue dans ce monde quasi exclusivement masculin. Tout le monde, sauf Bo, un jeune cow-boy venu à Phoenix pour un concours de rodéo et accessoirement, en quête d'un ange et de son premier amour. Ce sera bien sûr Marilyn, alias CHÉRIE, qui sera celle qu'il veut ramener dans son ranch du Montana. Qu'elle le veuille ou non!


1. Un film témoin du mythe américain
D'emblée, l'histoire nous projette dans des représentations classiques du modèle américain: deux cow-boys, fiers de l'être, vêtus de jeans et portant une selle, voyagent dans un bus pour rejoindre Phoenix au départ du Montana, avec des arrêts prévus pour se restaurer et se reposer comme autrefois dans les westerns quand les diligences faisaient office de bus sillonnant les différents États de l'Union.
A Phoenix, les deux cow-boys, Bo et Virgile, rencontrent Chérie. Elle ressemble assez au personnage que Marilyn Monroe interprétait dans La rivière sans retour d'Otto Preminger. Mais elle est plus fragile. Et surtout, elle rêve du rêve américain. Comme elle le montre à son amie dans le saloon, elle vient de la campagne, plutôt à l'Est des USA et elle s'est tracée sur la carte le trajet qu'elle a déjà effectué, indiquant au rouge à lèvre chaque endroit où elle s'est arrêtée avant d'atteindre son but ultime: Hollywood! Le mythe de la conquête de l'Ouest perdure, et l'eldorado n'est plus la Californie et ses mines d'or mais la Californie pour briller soit même et devenir célèbre... et donc riche.
Ce mythe de la conquête d'un territoire pour s'accomplir est constitutif d'un pays jeune. Or ce pays a besoin aussi de repères pour que cette population se sente pleinement solidaire. La parade dans Phoenix correspond à ces moments dans lesquels la population américaine sait se fédérer et se retrouver derrière ce qui constitue une culture commune des USA. Les épreuves de rodéo ne sont pas seulement des épreuves physiques d'éleveurs en manque de sensations. C'est aussi un rappel à la population du comment le territoire a été conquis, par des paysans et des éleveurs, qui ont bâtis des villes et qui ont ensuite prospéré. La série Dallas ne disait rien d'autre que cela comme dans les années 1950 le film Géant de George Stevens: des éleveurs de bétail qui se sont enrichis ensuite en exploitant le pétrole et en développant une industrie moderne.
Bus stop est donc une image du temps présent (celui de 1956) avec sa modernité (bus, appareil photo...) mais dans laquelle l'origine même des USA se retrouve à chaque séquence: relais pour les bus, rodéo, chanteuse de saloon... comme dans les westerns!

2. Une remise en cause du modèle du héros américain
Dès que le spectateur voit Bo, il comprend que ce personnage vit à une autre époque. Il a 21 ans, c'est un cow boy qui n'a aucune éducation et surtout, il pense que le monde lui appartient et que tout est possible s'il suffit de le vouloir. En réalité, ce personnage est caractérisé comme n'importe quel héros américain de western. C'est un homme de la terre, il est costaud, sait excellemment faire du cheval, il aime et sait se faire respecter, il sait ce qu'il veut et décide et impose ses décisions. Comme tous les héros de western, il est remarquable... à tous les sens du terme.
Car ce qui marque aussi le spectateur, c'est que toutes ces qualités sont présentées à l'excès, et l'interprétation de Don Murray n'est pas en cause, bien au contraire. Son comportement est en déphasage complet avec celui des autres personnages et avec celui de la foule. Paradoxalement, il est en dehors de son temps. Bo évolue dans un monde qui ressemble dans ses valeurs et ses repères à celui des conquérants de l'Ouest, sauf que la population ne vit plus ainsi. Pour le scénario, une explication est donnée puisqu'il vit dans un ranch du Montana dans lequel il n'a jamais côtoyé de filles. Il a donc évolué selon des principes du XIXème siècle et seul Virgile semble comprendre, bien que plus âgé, le "nouveau monde" que sont les USA de 1956. Ce Jiminy Cricket se transforme en à la fois le traducteur des pensées de Bo, son modérateur mais aussi une sorte de soupape pour le spectateur qui est rapidement, et sciemment agacé par le personnage de Bo. De drôle et pittoresque, il devient rapidement lourd puis gênant voire oppressant.

Bo vient de tomber amoureux de Chérie... son premier baiser!
Son attitude avec les femmes marque évidemment ce qui provoque chez le spectateur le plus de rejet. Parce qu'il a embrassé une fois Chérie, il en déduit qu'ils sont fiancés et prévoit le mariage pour le lendemain, sans même avoir demandé son avis à Chérie, considérée finalement comme une vraie tête de bétail. Or elle se refuse à lui plusieurs fois sans qu'il ne daigne l'écouter. Avec cette phrase résumant ce qu'il est: "les femmes sont vraiment différentes des hommes" , tout son comportement fait de lui non un héros, bien que doté de tout ce qui fait habituellement un héros, mais un lourdaud de plus en plus désagréable, le point d'orgue étant la prise au lasso de Chérie tentant encore une fois de s'échapper de Bo.


Bo vient réveiller Chérie dans sa chambre pour l'épouser.
Ils ne se connaissent que depuis quelques heures!
3. Un message ambigu sur la place de la femme
Une grande partie du film ressemble davantage à du harcèlement qu'à une comédie romantique traditionnelle. Comme cela a été dit plus haut, le comportement de Bo devient de plus en plus oppressant et l'humour qui s'égraine tout le long du film arrive finalement de moins en moins à faire sourire tant Bo apparaît comme une sorte de tyran. La morale du film est alors assez stupéfiante puisque, après l'avoir tant rejeté, Chérie tombe finalement amoureuse de Bo et le suit dans son ranch du Montana. Elle rejoint ainsi un homme qui l'a harcelé et surtout, elle abandonne son rêve et son ambition d'aller se faire un nom à Hollywood. Même si le personnage de Bo a changé à la fin du film, justifiant le revirement de Chérie, la morale du film justifierait alors presque son attitude de macho puisque c'est bien son acharnement à la conquérir physiquement qui lui a permis finalement de la conquérir sentimentalement.
Si la morale est apparemment conventionnelle avec une sorte de "happy end" flattant l'acharnement de Bo, il faut se remettre en 1956 pour réaliser que cette morale implique que les temps changeaient. Ce n'est plus l'homme qui a décidé puisque c'est Chérie qui a choisi alors même qu'elle aurait pu partir et le quitter définitivement. Durant tout le film, elle a fui le modèle classique du héros américain, rustre et non civilisé. Quand tous les spectateurs ne rêvent que de le gifler, il faut attendre le climax du film qui se situe presque à la fin pour que leur rêve devienne réalité, par l'intervention du chauffeur de bus. En effet, alors que le bus qui ramène Bo au Montana avec sa prisonnière Chérie, celui-la est obligé de s'arrêter chez Grace, un restaurant relai, à cause de chutes importantes de neige. Chérie tente encore de s'échapper mais Bo la saisit brutalement et ne comprend toujours pas le refus de sa "fiancée". C'est alors que le chauffeur de bus le prie de laisser Chérie et lui administre une correction monumentale, avec l'assentiment d'ailleurs de Virgile!
Cette séquence en dit long sur les temps qui changent. Le chauffeur de bus avait été caractérisé dans le scénario comme un ancien champion de lutte. Plusieurs fois, les spectateurs l'ont vu faire des avances à Grace sans toutefois la brusquer. Défiant le code Hays, il fait de nombreuses allusions à Grace pour avoir une aventure sexuelle dans sa chambre. Or c'est bien elle qui décide et non lui qui la force. Il correspond donc au héros américain moderne: un homme fort mais éduqué, civilisé et qui respecte les femmes. C'est ce héros moderne qui éduque finalement "à l'ancienne" le jeune Bo. Il n'est plus le héros des films des années 1950. En quelque sorte, il préfigure le personnage de James Stewart dans le film de John Ford de 1962, L'homme qui tua Liberty Valance.
Humilié et ramené à la simple condition d'homme et non de héros, Bo doit s'excuser auprès de tous, notamment des femmes, qui l'excuse assez facilement puisque pour la première fois, il fait preuve d'humilité.
C'est parce qu'il se livre émotionnellement à Chérie que celle-ci découvre une autre personne qui était finalement victime de son éducation, ou plutôt de sa non éducation.
Les temps changent. L'héroïne si pure des films classiques, comme par exemple Grace Kelly dans tous ses films, amoureuse d'un seul homme, n'est que le revers de la pièce qui présentait sur sa face le héros masculin fort et qui avait déjà eu tant d'aventures avec les femmes. Bus stop présente l'exact inverse. C'est Bo qui est pur puisqu'il n'avait jamais embrassé de femmes avant Chérie. Et c'est elle qui a connu des aventures avec de nombreux hommes et qui finalement succombe à l'amour.
Et l'impression finale de la voir renoncer à son rêve prend davantage de sens. Dans les films classiques, ce sont les hommes qui voyagent et qui rencontrent une femme qui les "fixe" pour qu'ils deviennent non des héros errants mais des sédentaires qui s'accompliront dans une vie de famille. Les westerns sont des modèles quasi inépuisables de ce genre d'histoire. Or dans Bus stop, c'est Chérie qui est la nomade et c'est l'homme, Bo, qui est le sédentaire et qui va fixer Chérie.

Marilyn - Chérie: une femme fragile 
Conclusion
Bus stop a donc marqué un tournant dans la carrière de Marilyn Monroe. Seule véritable vedette d'un film comme pouvait l'être un acteur masculin à Hollywood, impliquée dans la production du film, celui-ci semble se conclure par une fin très conventionnelle faisant de l'homme le vainqueur. Or la morale est bien plus complexe. Ce n'est plus le même homme qui gagne le coeur de Marilyn, même si pour la chute du film, il semble se comporter avec Virgile comme il s'était comporté avec Chérie, c'est-à-dire de manière possessive. C'est bien elle qui finalement décide de son destin. Sous son aspect très fragile grâce à un maquillage la rendant quasiment diaphane, elle manifeste une force et une volonté que la conclusion du film simule de lui ôter. Mais les temps sont vraiment en train de changer, à Hollywood comme ailleurs. Ce n'est pas encore la pleine émancipation de la femme mais Bus stop a participé à sa manière à témoigné de l'évolution en marche de la société américaine tout en feignant encore de laisser gagner le héros masculin en lui permettant de construire une famille selon le modèle américain classique... une victoire à la Pyrrhus.

A bientôt
Lionel Lacour

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire