dimanche 10 août 2014

Le pion: une comédie pas si drôle

Bonjour à tous

les années 1970 ont donné lieu à des comédies reposant le plus souvent sur une vague idée ou sur des "comiques" faisant des films à la pelle, comme Michel Galabru par exemple. S'appuyant souvent sur des comédiens populaires à l'humour potache, des films comme la série des Charlots... faisaient le plein dans les salles de cinéma. Plus tard, ils faisaient la joie des téléspectateurs qui voyaient et revoyaient La 7ème compagnie ou Les gendarmes. Vous me direz, on continue à les revoir!
En 1978, Christian Gion, obscur réalisateur, réalisait pourtant un drôle de film: Le pion.
Drôle de film voulait dire à sa sortie un film drôle. Aujourd'hui, les gags arrivant à la vitesse d'un cycliste non dopé grimpant l'ascension de l'Alpe d'Huez, le rire ne viendrait que chez les nostalgiques de ce cinéma et certainement pas chez les plus jeunes. En revanche, les propos du film sont très intéressants et montrent que même pour un film assez faible, il y a des informations qui témoignent d'une transformation à venir de la société.



Une culture lettrée valorisée...
Le pion, Bertrand Barabi interprété par Henri Guybet, est un écrivain qui n'ose pas dire qu'il écrit. Il rêve secrètement d'écrire un roman mais ne le dit à personne, pas même à une enseignante de français, elle connu pour être un écrivain. Celle-ci est d'ailleurs la star du lycée parisien où elle travaille car son livre a reçu un prix régional. Enfin, Albert Carraud, un grand écrivain, interprété par Claude Dauphin, ancien prix Goncourt, est lui aussi mis en avant dans ce film. On vante son style, ses talents et son influence sur la société.
Le pion montre donc un modèle de talent qui passerait autrement que par les pieds ou que par les sciences. Une sorte de réaction à l'évolution de la société en quelque sorte, toute tournée qu'elle est vers le monde de l'ingénieur et de l'informatique à cette époque.
Ainsi, dans un film sans prétention, réalisé par quelqu'un sans réel talent - ce n'est pas une injure - c'est bien ce qui fut la caractéristique des élites françaises qui est magnifié. Les écrivains, du Prix Goncourt à cette professeur de français sont suivis par les journalistes.

Ceux-ci s'émeuvent de savoir qui se cache derrière l'auteur du livre "Le pion", écrit par un dénommé Bergerac. Cette course frénétique à une information qui semble majeure en dit long sur ce qui peut encore faire vibrer les téléspectateurs.
Les films populaires, et Le pion vise clairement ce public, ont cet immense avantage de permettre d'identifier les tendances d'une époque. Il faut que les spectateurs de cinéma puissent largement s'identifier et se projeter dans l'intrigue. Nul doute qu'un film de ce genre aujourd'hui ne mettrait pas la littérature au cœur de son dispositif narratif. Olivier Dahan nous l'a hélas prouvé avec Les seigneurs...
mettant en scène des footballeurs "has been" dans une pseudo mission sociale. Décidément, les temps changent et le cinéma populaire nous le prouve!

...mais le début de la fin de cette culture
Le paradoxe du discours du film réside cependant dans une séquence. En effet, alors que Barabi quitte sa fonction de pion momentanément pour remplacer une enseignante, c'est bien une autre idéologie qui vient poindre le bout de son nez. Celle qui vient à dire aux élèves que la littérature n'est pas forcément l'écriture.
Dans une séquence célèbre (si si, même pour ceux n'ayant pas vu le film), Barabi rend les copies à ses élèves qui devaient faire une dissertation sur le sujet suivant "Qu'est-ce que le risque?" S'en suit le rendu commenté des œuvres à chaque élève. Et celui qui d'habitude avait les meilleures notes se voit moqué par ce professeur qui lui reproche trop de développement sans véritable réflexion. Des pages d'écriture sans intérêt. Le coup est rude pour un élève manifestement travailleur - même s'il est présenté évidemment comme peu sympathique. En revanche, la surprise arrive quand l'élève indiscipliné se voit promu en génie de la pensée pour avoir osé rendre sa copie en 30 secondes, ne rien avoir écrit sur la première page et n'avoir rédigé sur le recto que cette phrase: "Le risque, c'est ça!"
Mon dieu quel génie, quel virtuose! Et voilà cet élève porté aux nues par Barabi, simple pion - mais futur prix Goncourt qui s'ignore!
Tous les spectateurs ne peuvent que se réjouir de cette séquence suivi des explications de l'enseignant sur la force de cette seule phrase! Elle fait jaillir l'idée que la littérature, comme le cinéma peut-être, n'est pas seulement affaire de travail, d'écriture, de style mais de concept, de réflexion. La fulgurance de l'élève vaut bien un 20/20, quand bien même n'aura-t-il travaillé que quelques secondes.
Le talent spontané, instinctif est ici déclaré comme seul qui vaille. Pourtant, le parcours de Barabi montre tout le contraire. Il n'a plus 20 ans depuis longtemps, il est seulement surveillant, son livre s'est écrit en plusieurs mois, avec même un changement de titre au regard du changement de direction que prenait son travail d'auteur. Et c'est ce talent de longue haleine, de réflexion, de maturation qui va être récompensé par le prix Goncourt. Mais lui est en pâmoison devant un trait de génie - ou de paresse - d'un élève.

Le triomphe de Mai 68?
C'est donc une ironie fantastique qui est au cœur même de ce film, celle d'un personnage nourrit aux valeurs classiques et qui s'en verra récompenser, celle du mérite reconnu puisque lui, simple surveillant, peut damer le pion, c'est le cas de le dire, à une enseignante de français, c'est à dire de littérature, en obtenant le prix littéraire le plus prestigieux, mais qui néglige cette réalité pour professer le contraire.
Sa culture synonyme de rigueur, voire de pénibilité et d'autoritarisme est alors brocardée. S'il l'intègre en tant qu'auteur, son rapport à sa fonction montre le contraire. Mais est en phase avec ce qu'il défend. Chahuté par les élèves pendant tout le film lors des heures de permanence, il est le symbole même du laxisme combattu par les cadres, forcément conservateurs. D'ailleurs, rien ne manque à cette chasse à l'incapable: le censeur, Claude Piépplu, fait même venir l'inspecteur, Michel Galabru, pour confirmer l'incompétence de Barabi.

Et le scénario rend bien à ce dernier le message qu'il porte. Les élèves, pas idiots, s'ingénient par les moyens les plus sophistiqués, de ridiculiser les surveillants faisant habituellement preuve d'autorité tandis que la salle surveillée par Barabi est d'un calme olympien.
Pis encore, ces satanés élèves osent s'en prendre au censeur ET à l'inspecteur, les ridiculisant par des jets improbables de petits-suisses.
Les jeunes anarchistes l'emportent sur les vieux réac autoritaires. Il est pas mal le message non?
Heureusement, le modèle classique triomphe encore avec l'amour entre Bertrand et Dominique - Claude Jade - et les deux se marient même à la fin du film avec les élèves du lycée parmi les invités!


Ainsi, un film sans prétention peut en dire pas mal sur l'évolution d'une société. Bien sûr, le film n'est pas un chef-d'œuvre. Bien sûr, il n'est qu'un film parmi bien d'autres de cette période. Mais associé à d'autres films potaches qui critiquaient le système et le moquaient, on pense notamment aux Sous-doués de Claude Zidi ou même Le maître d'école de Claude Berri, on réalise qu'un vent nouveau soufflait dans cette fin des années 1970 et début des années 1980. Une remise en question naturelle des élites, vraie dans toutes les formes d'expression artistique. Mais ce qui change est l'apologie non de la nouveauté, mais de l'absence d'effort pour la réussite. La nécessité du plaisir avant tout. Le plus drôle est que ce plaisir vient chez Barabi de par le temps qu'il a consacré à l'écriture de son livre et par la reconnaissance qu'il va trouver, même auprès des anciens.
Avec sa morale qui met à égalité la spontanéité et la réflexion, voire qui la trouve supérieure, on aurait pu penser que ce film serait voué à l'échec. Ce ne fut pas le cas. Certes médiocre, il y eut pourtant un vrai succès en salle et plus tard à la télévision. Cette même télévision qui allait bientôt appliquer les principes du film. La télé-réalité ou les jeux débiles des années 2000 ne sont de fait que la conséquence de cette morale du jeunisme. Les réflexion de lofteurs et autres Nabila sont désormais plus célèbres que les paroles des philosophes. Et les jeux comme Money Drop dans lesquels on peut gagner des centaines de milliers d'Euros en 5 questions ont remplacé les émissions culturelles, repoussées aux heures tardives de la nuit, voire supprimées tout court!

À bientôt
Lionel Lacour

Aucun commentaire:

Publier un commentaire