samedi 24 novembre 2012

Avant Première de "L'homme qui rit" à l'Institut Lumière

 Bonjour à tous

L’Institut Lumière accueille le jeudi 29 novembre à 19h, l’avant-première de L’Homme qui rit de Jean-Pierre Améris, en présence du réalisateur lyonnais d'origine.
Avant-première : L’Homme qui rit de Jean-Pierre Améris (1h36)
Jeudi 29 novembre à 19h à l’Institut Lumière
Sortie en salle mercredi 26 décembre


D’après une adaptation du roman de Victor Hugo :
L’Homme qui rit a été écrit au 19ème siècle. Victor Hugo était alors contraint à l’exil politique dans les îles Anglo-Normandes.  Le roman a déjà été porté à l’écran à trois reprises. L’adaptation la plus connue reste la version muette de Paul Léni, en 1928.

Synopsis :
L’Homme qui rit de Jean-Pierre Améris                                                                                                                                  
(
Fr, 2012, 1h33, couleur, avec Gérard Dépardieu, Emmanuelle Seigner)
En pleine tourmente hivernale, Ursus, un forain haut en couleurs, recueille dans sa roulotte deux orphelins perdus dans la tempête : Gwynplaine un jeune garçon au visage traversé par un horrible sourire scarifié et Déa une fillette aveugle.
Quinze années plus tard, les voilà sillonnant ensemble le pays. Partout, on demande à voir “L’Homme qui rit”. Gwynplaine, devenu adulte se donne en spectacle et émeut les foules.
Ce succès ouvre au jeune homme les portes de la célébrité et de la richesse et l'éloigne des deux seuls êtres qui l’aient toujours aimé pour ce qu’il est : Déa et Ursus.

A l’origine de ce projet un rêve d’enfant :
En novembre 1971, était diffusé à la télévision française un feuilleton, en trois épisodes, tiré du célèbre roman de Victor Hugo, “L’Homme qui rit”. Parmi les téléspectateurs, un petit garçon de 10 ans sera fortement marqué : Jean-Pierre Améris. Plus encore lorsque cinq années plus tard, il lira le roman. « Je faisais deux mètres de haut. Donc j’étais attiré par les histoires de monstre […]. Je m’identifiais à chacun d’eux. ». Il lui aura fallu quelques années et quelques films, pour oser enfin s’attaquer à Victor Hugo et creuser dans les racines ses peurs d’adolescent.
C’est donc avant tout l’histoire de Gwynplaine que Jean-Pierre Améris a voulu raconter : Celle d’un adolescent hors normes.

Autour du film :
-           L’Homme qui rit est le douzième film de Jean-Pïerre Améris. Tous ont en commun de mettre en lumière des exclus. « C’est le sens que ça a, pour moi, de faire du cinéma. »
-           L’histoire originale se passe au XVIIème siècle en Angleterre. Mais le cinéaste a écarté tout repère spatio-temporel précis, car « C’est l’absolue éternité de Victor Hugo. Ce qui était valable en 1869 est malheureusement valable en 2012. »
-            C’est le personnage de Gwynplaine qui est à l’origine du personnage du Joker, dans les comics Batman.
-           Dans Le Dahlia Noir, Brian De Palma, utilise des extraits de la version muette de L’Homme qui rit (Paul Leni, 1928)

-           L’univers du film a été créé de toutes pièces. Aussi bien le champ de foire, le château que le bord du fleuve ont été crées et tournés en studio.


Tarifs  :
8,50 €, 7,50 € (réduit), 6,50 € (abonnés)
www.institut-lumiere.org
25 rue du Premier-Film - 69008 Lyon 04 78 78 18 95 - Métro D 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire