lundi 13 juin 2016

"La Mélodie du bonheur": un film politique... et d'actualité

Bonjour à tous

il y a des distributeurs qui permettent à des grands films de ressortir en salle dans des copies magnifiques. Marc Olry, de Lost Films, est de ceux-là. Avec un catalogue déjà intéressant (Du silence et des ombres ou Seconds pour n'en citer que deux), voici qu'il permet aux spectateurs de voir ou revoir La mélodie du bonheur (The sound of music pour le titre original) de Robert Wise, sorti en 1965 et lauréat, entre autres de 5 oscars dont celui, excusez du peu, de meilleur film et meilleur réalisateur.

Le film reprend l'histoire vraie de la famille Trapp (écrite dans La famille des chanteurs Trapp de Maria-Augusta Trapp adapté en comédie musicale en 1959 et jouée à Broadway) peu avant l'invasion de l'Autriche par l'Allemagne nazie, ce qui fut désigné sous le nom d'Anschluss. Pourtant, le scénario semble se concentrer sur une romance improbable entre une apprentie religieuse et un officier autrichien, veuf et père de 7 enfants. Le succès colossal s'explique bien sûr par la qualité des chansons, par le talent de Julie Andrews (qui éclata dans Mary Poppins) qui lui valu l'oscar de meilleure actrice, par le caractère romantique de la situation et par les valeurs très positives qui se dégagent de cette famille impulsées par le père.

Bande Annonce:  https://vimeo.com/161612689


Le film fut un triomphe et est aujourd'hui encore un des films les plus rentables d'Hollywood et c'est un étonnement d'imaginer qu'il n'était plus distribué en France alors même que les copies VHS puis DVD ont été vendues par dizaines de milliers! Il faut dire que malgré le succès public, le film de Robert Wise a été régulièrement éreinté par la critique qui qualifiait le film de sucrerie ou de guimauve. Et il faut reconnaître qu'à la différence de West side story, autre comédie musicale réalisée par Robert Wise, La mélodie du bonheur ressemble à une histoire mielleuse, dans véritable enjeu autre que la relation amoureuse entre Maria, la novice et le capitaine Trapp (interprété par Christopher Plummer), officier de l'armée autrichienne.

Le succès planétaire s'explique bien évidemment par le caractère universel de cet amour fort entre une femme qui renonce à un engagement spirituel et un homme qui renonce à ses principes éducatifs pour ses enfants par amour pour Maria mais aussi pour celui de ses enfants. Mais ceci ne suffit pas à expliquer cet attachement à cette relation et à cette famille. Car ce qui est en arrière plan est finalement le plus important.

Revoir La mélodie du bonheur, ce n'est pas seulement se plonger dans la comédie musicale qui a sauvé le 20th century fox de la ruine (après l'échec monumental de Cléopâtre), c'est aussi comprendre qu'il y a des principes avec lesquels on ne peut transiger. L'éducation des enfants peut être affaire de négociations. L'arrivée de Maria leur a permis d'accéder à la musique, à la transgression parfois mais jamais à l'irrespect. On peut d'ailleurs imaginer que l'aspect "enfant modèle" est une combinaison entre le côté militaire de leur éducation paternelle et de l'apport plus libertaire de Maria. Mais, quel que soit l'analyse qui peut être faite de la manière d'éduquer les enfants, le film montre que le Capitaine Trapp a cédé sur certains de ses principes éducatifs. Le capitaine Trapp peut accepter que son éducation rigide et autoritaire puisse être défaillante sur certains points. Mais il ne peut accepter que ses valeurs, notamment son refus du nazisme, puissent s'effacer quand l'Anschluss est accompli. Le personnage de Rolf, l'amoureux de Liesl, la fille aînée du Capitaine, est à ce titre révélateur et introduit de manière parfaite pour comprendre comment le nazisme a pu s'imposer. En effet, alors que Rolf est un jeune garçon qui apporte les messages et le courrier, il dit cacher sa relation avec Liesl. Plus tard, on le voit faire partie d'un groupe de jeunes favorables aux idées nationalistes pour ensuite être totalement soumis aux idées nazies, jusqu'à dénoncer la famille et celle qu'il aimait.


Au regard de la montée des idées totalitaires actuelles, qui ne sont plus nazies mais islamistes, il est intéressant de voir combien le message de Maria qui prône le rôle émancipateur de la musique, et celui du Capitaine Trapp, qui refuse de céder aux injonctions nazies, trouvent un écho avec l'ordre moral que veulent imposer les dirigeants de DAESH est leurs soutiens objectifs. La musique est présentée par eux comme diabolique, les opposants aux lois islamiques sont muselés ou éliminés. L'idée même de liberté individuelle est condamnée. Curieusement, La mélodie du bonheur est un film qui, sous couvert de légèreté, permet d'identifier au mieux les renoncements aux principes démocratiques et de liberté, sur l'enrôlement et l'embrigadement des jeunes en leur donnant un pouvoir démesuré sur les autres par leur adhésion à une idéologie totalitaire, mais aussi sur la nécessaire résistance à ces idéologies criminelles et barbares.

La mélodie du bonheur, un film bien plus politique qu'il n'y paraissait finalement, et hélas plus que jamais d'actualité, à faire découvrir aux enfants pour leur expliquer combien la liberté est la seule condition du bonheur.

À très bientôt
Lionel Lacour


Aucun commentaire:

Publier un commentaire